La page de Lalili

Lalili... c'est quand tu veux ...! Cet espace est à toi..!
 

Une famille de résistants

Récit de Liliane FERRY


Ce qu'a osé faire une famille alsacienne pour s'échapper du joug allemand.
Ce qu'elle a fait, et payé, pour le combattre.

Un document exceptionnel en ce sens que l'histoire vraie de cette famille
nous immerge dans les réalités de l'histoire tout court
de l'Occupation et de la Résistance d'ici...
Une page de "travaux pratiques" en quelque sorte,
une salutaire "remise à plat" de la réalité aussi.


A télécharger sur le site de Gérard

Saint-Nicolas (1950-1951)

Saint-Nicolas passé

Souvenirs d'enfance remontés à la surface avec ce Saint Homme craint et vénéré durant  mes toutes premières années. Et j'y croyais dur comme fer!!! Enfin avec des petits doutes !!!

Saint-Nicolas sous la neige , avec sa bourrique avec son comparse: le Peuht'homme ou père Fouettard qui faisait réellement trés peur.
La nuit faisant  suite au  passage de Saint-Nicolas était la première nuit de veillée de l'année.
Et la première veillée de l'année avait lieu chez moi : enfin (chez ma Mémère)!
Je me revois en 1950  ou 1951, attendant fébrilement la visite de Saint-Nicolas avec les enfants des 5 fermes les plus proches de la mienne, rassemblés dans la cuisine de Mémère, attablés devant un grand bol de cacao, nos menottes se réchauffant autour du bol, les pélérines pendantes aux crochets de la cheminée ,les schnobottes autour de la cuisinière.
A la sortie de l'école, nous nous sommes hâtés de faire les 2,5km  nous séparant de la petite ferme du bonheur, dans le froid, le vent et  la neige.
Le" quatre heures," ce jour là, c'était chez Mémère et l'attente de Saint-Nicolas aussi !!
Les parents des enfants viendront nous rejoindre quand la traîte et la "danse "seront terminées.....
Et la première veillée de l'année pourra commencer.
Ce soir là: pas question de fermer les volets ni le grand battant de la  double porte ,il fallait que Saint-Nicolas soit guidé par la lumière de la maison.
Les gamins ont rempli la caisse à bois, descendu toutes les chaises" d'en haut" et même le prie-dieu qui servait de siège dans toutes les grandes occasions et les gamines aidaient la mémère à la confection de pains d'épice, de la garniture de la  bongeotte pour la bourrique avec un fond de paille et des carottes, des petits navets et une petite miche de pain fraîchement sorti du four (emballée dans du papier de soie) et  quelque chose qui m 'a sidéré: un paquet de tabac gris!!!!!

La Mémère est sortie dans la nuit tombante et sous la neige et le vent pour déposer la bongeotte sur la planche à laver sous l'abri de la fontaine.
Et nous avons scruté par toutes les fenêtres, le moindre mouvement sur le chemin, nous écoutions aussi le moindre bruit.
Et ce sont les brailleries du père fouettard qui nous sont parvenues en premier: une frayeur générale, une telle frayeur que le gros Mimi en a fait pipi dans le pantalonsitôt que l'affreux homme s'est engouffré dans la cuisine.
La Mémère lui a dit qu'il n'avait rien à faire dans cette maison, qu'il n'y avait personne à fouetter. Elle lui a pris rageusement la brassée de genêts qu'il portait en lui disant qu'avec cela elle allait se faire un balai.
Et elle a envoyé le méchant homme dans la chambre de derrière avec un bol de tisane.
Mais j'avais bien senti le parfum du vin chaud et je trouvais étrange que la Mémère le maltraite verbalement, qu'elle l'isole dans une pièce mais qu'elle lui donne du vin chaud!!....
Et là, nous tous, autour de Saint-Nicolas:l e paradis!!! Il nous connaissait tous ,savait tout de nous:
les gros mots du Néné
les coups de pieds du Jany.....
Mais il grondait tellement gentiment!!
Et puis il a fait des compliments à toutes les filles !!
sauf à la Gilles un peu trop bavarde à l'école et à la Josy qui se faisait remarquer aux vêpres.
Saint-Nicolas n'était pas bien riche cette année là comme les précédentes d'ailleurs: c'était deux pâtes de fruit, 4  petits carrés de chocolat noir et une  toute petite poignée de sucre candy chacun.
Il portait une soutane  verte en satin magnifique qui sentait l'encens, un surplis délicatement ajouré et brodé d'épis de blé et la mitre et la crosse  semblaient être en or .
Il avait aussi  une bague violette énorme qu'il nous a mis au pouce chacun son tour.
Et surprenant: à chacun de nous, il a donné un message à transmettre aux parents et aux invités de la veillée.
Incroyable, il savait tout de nous et de nos familles!!
Il a bu un grand bol de vin chaud, mangé un  p'tit bout de gâteau. Il nous a tous embrassé et  est allé chercher père fouettard qui semblait sortir du lit .Ils ont récupéré la bourrique dans la grange et la corbeille sur la planche à laver..........
Et c'est  que j'ai commencé à me poser des questions  .....Père Fouettard a chuchoté à la Mémère "à tout à l'heure mais sans Germaine: elle a encore le cuisant"
Puis les invités sont arrivés les uns derrière les autres avec des bonnes choses à manger: un gros jambon fumé, des escargots ,des oeufs à la neige....
Pendant une première partie de la soirée les enfants avaient la parole: relater les événements de la journée, la visite de Saint-Nicolas, ses dires pour les parents et invités ect...
Et puis la Mémère et la Marguerite ont servi  le repas: rapide trés rapide car les hommes veulent taper la belote!!
A partir de là: silence les mômes!!!
Certaines gamines tiennent les écheveaux de laine que tricotent leur mère d'autres s'essayent au tricotin, même les garçons !! Et tout ça dans le silence !! Pas question de couaroyer pendant la partie de belote!!
Et là : le nonon Mimile qui dit "belotte et re !!, Et ma pauvre Germaine!! qui se faisait une telle joie pour ce soir  v'là qu'elle a encore le cuisant!!!!
Et ben oui!! Voilà, j'avais fini d'y croire au Saint-Nicolas et au père Fouettard............ à cause du cuisant de ma tante Germaine!!!!!

Lalili  7 décembre 2006



Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : jeudi 3 janvier 2019